Edito

Intervention de Dominique REPIQUET, maire de Bâgé-Dommartin

La cérémonie des vœux est une tradition qui perdure. Voici 25 ans que j’y assiste et 12 ans que j’en ai la responsabilité. Elle est l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée. Cette mission revient au premier adjoint. Christian, non seulement s’en est parfaitement acquitté mais il a eu en plus de paroles fort sympathiques. Je lui en suis très reconnaissant. Je le remercie pour ses bons vœux. Michel, maire délégué de Dommartin, a complété son intervention en donnant quelques éclairages sur notre action. Il revient au maire de tracer les pistes d’action pour l’avenir.

La proximité de la fin de notre mandat me donne l’occasion de faire un bilan de nos réalisations depuis 6 ans, même si en principe il nous est conseillé de garder une certaine réserve. Certains projets étaient déjà dans les tuyaux en début de mandat puisque nous avons eu la chance de la continuité de l’équipe municipale tout en assurant un renouvellement et un profond rajeunissement.

Les équipements :

  • La médiathèque, le Trait d’Union a été mise en service. Son fonctionnement est monté en puissance. Elle est devenue le pôle culturel, un vrai centre de rencontres intergénérationnelles, un cœur battant au centre du village. La réalisation d’un rêve de plus de 10 ans.

  • Le réseau d’assainissement a été achevé. C’est la mission qui m’avait été confiée en 1994, alors que le réseau de Bâgé-la-Ville était de 500 EH, il est maintenant de 2500 EH et peut facilement s’étendre à 3500 EH. Celui de Dommartin est de 600 EH.

  • Le réseau d’assainissement a été remis en état après 10 à 20 ans de fonctionnement dans des conditions difficiles, dans nos terrains sableux.

  • Le réseau routier a été entretenu et aménagé. Il représente 190 km pour l’ensemble de la commune (voies communales et chemins ruraux). Le chemin de la Glaine a été recalibré et sécurisé par la création d’une voie piétonne et vélo. C’est un vrai axe d’échange par cheminement doux entre Bâgé-Dommartin et Bâgé-le-Châtel. Une autre voie piétonne et cycliste a été créée route de Charlemagne pour sécuriser l’accès aux établissements scolaires à partir des lotissements. Enfin des aménagements pour réduire la vitesse excessive des véhicules route de Montrevel, au niveau de la gare ont été réalisés.

  • Les abords de l’école de Dommartin, le chemin de la Ville et la rue du Moulin ont été aménagés et sécurisés.

  • Toutes les salles de classes de toutes nos écoles ont été rénovées et une majorité a été équipée de vidéoprojecteurs.

  • Enfin nous avons apporté notre concours à hauteur de 300 000 € auprès de la Communauté de communes dans la construction et l’équipement du nouveau gymnase du collège (dont nous attendons avec impatience l’ouverture).

Les actions engagées dès le début de 2020 :

  • L’enterrement des containers des points d’apport volontaire, en partenariat avec la CCBS

  • L’aménagement et la sécurisation des abords de l’école maternelle Jacques Prévert.

Ces réalisations ne se sont pas faites dans un contexte favorable, tant s’en faut car nous avons subi une réduction drastique des dotations de fonctionnement de l’Etat. Elle a incontestablement eu des effets favorables sur notre fonctionnement courant. Elle nous a obligés à mieux gérer. Cette situation, je l’avais déjà rencontrée professionnellement puisque je suis entré dans la fonction publique au poste de directeur départemental des services vétérinaires en 1983, alors que le contexte changeait pour les services de l’Etat suite aux lois Deferre de décentralisation de 1982. Mais l’effet pervers a été de réduire la capacité d’investissement. Heureusement l’Etat nous a soutenus dans les investissements structurants par le FSIL ou la DETR.

Certes le Département nous a soutenus, mais conséquence des réductions de dotation de l’Etat aux Départements, il ne nous aide plus que pour un projet par 2 ans au lieu d’un projet annuel. Nous attendons beaucoup de la nouvelle contractualisation annoncée par le président DEGUERRY. Enfin la Région nous a accompagnés sur notre dernier investissement structurant à Dommartin.

Les changements structurels :

Le mandat qui s’achève a été marqué par de nombreux changements dans l’organisation des collectivités, induits par un corpus législatif dont la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) du 7 août 2015 et la loi sur l’amélioration du régime de la commune nouvelle, pour des communes fortes et vivantes du 16 mars 2015. Ceci s’est traduit par 2 évènements lourds de conséquences :

  • Le 1er janvier 2017, la création de la Communauté de communes Bresse et Saône par fusion de celle du Pays de Bâgé et celle de Pont de Vaux. Une fusion subie car imposée par la loi NOTRe. Il faut du temps pour que les difficultés s’aplanissent et que nous vivions ensemble « naturellement », sans arrières pensées.

  • Le 1er janvier 2018, la création de la commune nouvelle Bâgé-Dommartin, après 2,5 années de réflexion, de discussions, d’échanges, d’étude de faisabilité et d’étude d’opportunité. Une union voulue, dans un cadre sur mesure, qui porte ses fruits ainsi que Christian et Michel vous l’ont présenté. Mon seul regret est que la discussion préalable ait été refusée par mes collègues de Bâgé-le-Châtel et St André. Compte tenu de la proximité, voire de l’imbrication de Bâgé-le-Châtel dans Bâgé-Dommartin, des intérêts partagés, la discussion devra reprendre un jour ou l’autre avant que cela ne soit imposé.

Les dossiers lourds porteurs d’avenir :

3 dossiers sensibles ont été engagés. Ils sont complémentaires car ils s’inscrivent dans un cadre de sauvegarde de notre environnement, de nos conditions de vie, et plus globalement de la sauvegarde de notre belle planète bleue. Il faut arrêter l’emballement de la machine dont nous voyons les conséquences tous les jours : le réchauffement, les accidents climatiques majeurs, la raréfaction des ressources en eau, l’augmentation de la population mondiale, la réduction des surfaces agricoles, la destruction massive d’espèces animales et végétales. J’arrête l’énumération pour ne pas vous faire tous sombrer dans la sinistrose. Il n’est peut être pas trop tard pour intervenir pour ne pas laisser un héritage catastrophique à nos enfants. Il est temps d’être responsables et solidaires sans toujours attendre que les autres fassent un effort.

Ce sont les objectifs des 3 pièces du puzzle que sont :

  • Le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). Les contraintes sont nombreuses et donnent le sentiment d’aliéner notre liberté, l’Etat étant le grand senseur. Il faut fortement réduire notre consommation d’espace, si possible de 50% par rapport à la décade écoulée, mais nous devons faire accepter 25%. La concentration de l’habitat est la solution préconisée. Il faut impérativement protéger au maximum les terres agricoles. La France ne peut continuer à artificialiser la surface d’un département de terres cultivables tous les 7 ans. Conséquences : les pratiques vertueuses étant souhaitées pour les autres mais non appliquées pour soi, il faut un cadre législatif. Celui-ci se complète et se durcit puisque nous n’atteignons pas les objectifs. Il se décline au niveau régional dans le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement Durable et d’Egalité des Territoires), dernier carcan qui nous est imposé.

  • Le schéma de cohérence territoriale (SCOT). Depuis de nombreuses années, il aurait du se faire. La gestation a été longue et l’accouchement dystocique. L’ordre logique des choses est de réaliser un SCOT pour plusieurs communautés de communes avant d’écrire les PLU de chacune d’elle. Dans cet ordre les grands axes de développement de l’espace sont arrêtés ; les PLU en sont la déclinaison, ce qui garantit la cohérence du dispositif. Chez nous, l’ordre est inversé. Le PLU est plus avancé. Nous devons rechercher un consensus à défaut d’élaborer un projet commun. C’est le handicap qu’il nous faut surmonter, conséquence d’un fonctionnement historiquement concurrentiel entre 2 communautés de communes qui ont connu des développements différents. Il en sera tenu compte pour assurer notre développement.

  • Le plan climat air énergie territorial (PCAET). Le diagnostic du territoire est terminé. Il a permis d’analyser la consommation d’énergie de la CCBS, ses émissions de gaz à effet de serre et les perspectives d’avenir. L’habitat est le plus consommateur d’énergie, ainsi que les déplacements. En revanche très peu de l’énergie consommée est produite par des énergies renouvelables. Il nous faut bâtir notre plan d’action pour améliorer ce bilan. Il faut moins consommer d’énergie, moins en gaspiller, mieux l’utiliser, réduire notre empreinte carbone et produire localement des énergies renouvelables.

Ces trois dossiers majeurs, bien que notoirement avancés, résultat d’un nombre considérable de réunions depuis plus de 2 ans, seront finalisés au début du prochain mandat mais les grandes orientations seront prises.

Dans cette optique, depuis plus de 3 ans, dans un souci de préservation de la biodiversité et de protection de la santé publique, nous avons totalement arrêté l’usage des produits phytosanitaires, y compris dans les cimetières. Cela a demandé une forte implication des agents municipaux et la réalisation d’aménagements, tels que l’enherbement de certaines allées et espaces libres. L’impact est objectivement constaté puisque pour la première fois des orchidées y ont fait leur apparition.

L’avenir :

Depuis de nombreuses années je vous dis que Bâgé-Dommartin a un fort potentiel. Il peut se développer, avec modération pour limiter les besoins, augmenter les services, améliorer son environnement, être de plus en plus attractif. Sa position est confortée et reconnue, résultat de l’action menée depuis plus de 2 décennies. Il faut continuer sur la lancée. C’est une tache passionnante mais exigeante. Etre maire d’une telle entité n’est pas un long fleuve tranquille. Il faut encaisser les désillusions, surtout lorsque des projets ne sont pas menés à bout (ce qui a été très rare), les blessures par les paroles et les attitudes malveillantes, par les messages irresponsables et agressifs sur les réseaux sociaux. Mais quel plaisir, quelle satisfaction de réussir avec une formidable équipe des projets ambitieux.

Vu mon âge canonique (70 ans), la probabilité d’être encore en pleine forme, voire tout simplement vivant dans 6 ans, bien que je sois toujours passionné, il me semble de bon sens de me retirer sur la pointe des pieds après 25 ans de conseil municipal et 2 mandats de maire. Je laisse la place à une équipe renouvelée mais capable d’assurer la continuité de l’action. Je remercie et je félicite ceux qui s’engagent. Qu’ils aient une vision d’avenir. Qu’ils œuvrent pour les rapprochements en gardant toujours une dimension humaine. Qu’ils soient innovateurs et porteurs d’idées. Qu’ils n’aient pas peur d’être les premiers à faire. Je leur souhaite courage et motivation, mais aussi beaucoup de satisfaction.

Il faut savoir rester modeste. Le maire n’est que le chef d’équipe et l’ambassadeur de la commune. Ce qui a été fait, c’est grâce à cette équipe, à la garde rapprochée de Michel, maire délégué de Dommartin, des adjoints qui m’ont épaulé, soutenu, encouragé en partageant mes convictions et ma vision de l’avenir, aux conseillers municipaux qui ont donné tant de temps dans les réunions nombreuses et qui ont participé aux débats dans un esprit constructif. C’est grâce à leurs conjoints qui supportent leurs nombreuses absences. Je dois remercier publiquement Laurence, mon épouse, qui a subi les conséquences de mon engagement et m’a laissé me réaliser mes convictions et mes passions.

C’est aussi grâce à nos agents municipaux qui ont su évoluer et s’adapter aux nouvelles conditions. J’aurai une mention particulière pour Audrey, notre directrice générale des services, ma plus proche collaboratrice, dynamique, rayonnante et performante dans tous les domaines, y compris la gestion des ressources humaines, secteur clé dans une entreprise comme notre collectivité.

Je vous proposerai de tous les applaudir pour les remercier de leur engagement.

Je tiens aussi à remercier tous ceux d’entre vous qui nous ont apporté vos messages, vos conversations constructives, voire votre soutien.

Il est temps de conclure. A vous tous, à vos familles, vos proches, je souhaite une bonne santé, du bonheur, la réussite, la sérénité, l’espoir. J’aurai aussi une pensée pour ceux qui sont isolés, qui souffrent physiquement ou moralement.

En ces temps troublés, où le dialogue semble impossible, où l’écoute est absente, nous pouvons nous remémorer ce que Jean-Jacques RSSEAU écrivait en 1826 dans « Les pensées d’un esprit droit : « Nous nous respectons les uns et autres par la parole, qui doit être l’interprète de nos pensées et de nos sentiments ; mais si elle a perdu tout crédit et toute confiance, tous les liens de la vie sont rompus ». Denis Saint Pierre complétait par : « Le secret des relations humaines réside dans le respect des autres en toutes circonstances ».

Formulons le vœu que 2020 marque un profond changement, que les hommes s’écoutent, que la solidarité devienne une priorité, que la différence de l’autre soit considérée comme une richesse.

Bonne année 2020.

Vive la République

Vive Bâgé-Dommartin

 

Recherche :


Agenda des manifestations
Choisissez votre période


Contactez-nous

Mairie de Bâgé-laVille
130 rue de la Mairie - Bâgé-la-Ville
01380 Bâgé-Dommartin
Tél : 03 85 30 43 94 Fax : 03 85 36 30 34
Courriel : mairie@bage-dommartin.fr

Horaires d'ouverture au public
8h30 à 12h00 : lun, mar, mer, et ven.
15h00 à 17h00 : vendredi
1er samedi du mois de 8h30 à 11h30
Fermé au public le jeudi
Urbanisme et permis de construire sur RDV au 03 85 30 43 94

Mairie déléguée de Dommartin
Le Bourg - Dommartin
01380 Bâgé-Dommartin
Tél : 03 85 30 41 81 Fax : 03 85 36 21 23
Courriel : mairie@bage-dommartin.fr

Horaires d'ouverture au public
Lundi : 15h00 à 18h00
Mercredi : 14h00 à 17h00
Samedi : le 3ème du mois de 8h30 à 11h30
Urbanisme et permis de construire sur RDV au 03 85 30 43 94